UDA - Annonceurs en mouvement

2 nouveaux indicateurs de performance pour le courrier publicitaire

Selon BALmétrie, on compte 86 lecteurs pour 100 imprimés publicitaires distribués sur une semaine moyenne. 69,2 % des Français ont lu au moins un imprimé publicitaire et le nombre moyen d’imprimés lus par semaine est de 6,8.

La mesure de l’audience du courrier publicitaire s’enrichit de deux nouveaux indicateurs de performances, qui permettront aux annonceurs une meilleure évaluation de leurs campagnes utilisant le courrier.

Le GIE BALmétrie, au pilotage duquel participe l’UDA, publie depuis 2011 l’audience de référence du média courrier, sous le contrôle du CESP (Centre d’études des supports de publicité). En plus du taux de transformation (nombre de lecteurs pour 100 imprimés publicitaires distribués), BALmétrie offre désormais la possibilité de calculer un taux de couverture sur cible d’une vague d’imprimés publicitaires (pourcentage de la cible touchée par la campagne). À noter que le taux de transformation peut également être décliné par secteur ou par enseigne.

Ainsi, par exemple, si le taux de transformation moyen des imprimés publicitaires est de 86 %, il s’élève à 95 % pour ceux émanant des grandes surfaces alimentaires (GSA) et à 78 % pour l’ameublement-décoration. Selon les cibles (sexe, âge, CSP), ce rapport peut encore évoluer de 1 à 3, et de 1 à 2 selon les enseignes. Pour mémoire, sur une semaine moyenne, 69,2 % des Français ont lu au moins un imprimé publicitaire et le nombre moyen d’imprimés lus par semaine est de 6,8 (BALmétrie, avril 2015).